J’ai comme à mon habitude quitté mes attributs pour sillonner et parcourir le Cameroun profond .
Les problèmes et préoccupations des populations y sont plus marqués, le besoin d’être écouté , réconforté et rassuré davantage présent et pressant .
Toucher la réalité du terrain du doigt mais être encore et toujours proche du peuple .
Nos compatriotes méritent d’être considérés .Nous le leur devons .
Et ni l’état impraticable de la route ni la pénibilité du voyage , non plus les nuits passées à la belle étoile ne doivent constituer des obstacles qui empêchent de se mettre au service de ses concitoyens, du peuple.
La chaleur de l’accueil , la joie sur les visages qui vous accueillent, le plaisir de s’écouter et de partager vous fait vite d’ailleurs oublier toute la souffrance endurée.
Nos gouvernants ont tort de s’eloigner de la base .
Parce que ce n’est pas en fuyant le mauvais état des routes qu’on avait la charge de construire , ou de dormir dans le noir avec les moustiques faute d’électricité qu’ on trouvera facilement la solution aux problèmes auxquels on ne s’est réellement pas confronté.
Nos frères de l’arrière-pays ne demandent qu’à partager leur vécu et leur joie de vivre avec nous .
Mettons-nous à leur service !
Partagez sur les réseaux sociaux.