AGOA et échanges commerciaux

L’actualité nationale, internationale et diplomatique de ces derniers jours ne saurait laisser le Peuple Uni pour la Rénovation Sociale  indifférent.
Donald Trump, le Président américain a manifesté son intention de mettre fin aux avantages commerciaux du Cameroun sur la loi sur la croissance et les opportunités de Développement en Afrique (AGOA) à partir du 01 Janvier 2020. Le Cameroun est accusé de violation flagrante des droits de l’homme reconnus internationalement.

Avant cela, le sommet Russie-Afrique aura permis à certains speakers de donner le sentiment de déception et de révolte qui est le leur, vis-à-vis du traitement infantilisant infligé par les puissances occidentales au continent africain.

Un regard d’assujettissement paternaliste, qui donne à penser que nous, peuple africain sommes inaptes à nous autogérer.
Heureusement, cette situation indigne au plus fort, les fils du continent, qui démontrent par leurs actes et écrits, que les temps sont révolus, l’avilissement devant céder la place à des échanges gagnants-gagnants.

Après six siècles d’esclavagisme suivi de la colonisation, il est inadmissible de penser que les africains sont incapables de développer leur pays par leurs propres intelligences et moyens. Malheureusement certaines décisions prises par les gouvernants démontrent que nous sommes encore sous le joug du « dominant », qui, bénéficiant de nos ressources protège les Hommes au pouvoir car comme le PURS le répète sans cesse, entre États, il n’est point question d’amitié mais d’intérêts.

Faut-il le rappeler, notre Souveraineté dépend du contrôle de nos espaces. Or, si nous ne contrôlons pas nos ports, aéroports, transports, énergies, eaux, banques pour ne citer que cela, sommes-nous véritablement souverains?

La réponse est NON.

Pourquoi certains fils africains se réjouissent-ils de ces situations néocoloniales ?

Eh bien quand le peuple a faim, lorsqu’il survit dans son propre espace, quand son village, sa ville ou son pays lui est hostile, lorsqu’il n’a ni eau ni électricité, lorsqu’il lui est difficile de se soigner, il trouve normal qu’on afflige les gouvernants. C’est dans cette situation que se trouvent bon nombre d’africains.

Le PURS en appelle à un sursaut d’orgueil et à un regain de patriotisme de la part de nos gouvernants actuels.

L’Afrique doit se construire avec ses ressources et ses richesses, nous avons le devoir d’inspirer nos peuples, nous devons nous développer avec fierté.

L’Afrique est un héritage que nous avons le devoir de léguer aux générations futures, à nous d’en prendre soin.

Partagez sur les réseaux sociaux.