BONNE RENTRÉE SCOLAIRE

Nous avons à dessein attendu la fin de cette première journée de rentrée scolaire pour nous prononcer sur la situation de l’éducation dans notre pays.
L’éducation étant le fondement de notre projet de société, il est évident que nous avons l’obligation morale et citoyenne de faire des observations et des propositions pour un meilleur cadre d’apprentissage, telle que l’indique notre démarche depuis plus d’une décennie.

Nous avons dès le début de la crise anglophone fustigé la prise d’otage des élèves dans un conflit dans lequel ils avaient tout à perdre. D’ailleurs, nous avons condamné avec la dernière énergie les affres dont ont souffert élèves et enseignants à l’issue de ces tensions. Au bout de la quatrième année de ce chaos qui a imposé aux apprenants à payer le prix fort, on pourrait se réjouir de voir certains reprendre le chemin de l’école.

Cependant, cette tournure présentée comme glorieuse va-t-elle perdurer sans un cessez-le-feu et une pacification de ces régions en crise ? Là demeure toute la question ô combien douloureuse, mais des plus capitales. Ces régions qui ont vu naître des enfants désœuvrés transformés en enfants soldats méritent une attention particulière.

Dans la région de l’Extrême Nord, mon attention a été retenue par des enseignants et élèves transformés en acrobates pour avoir accès à leurs salles de classe, après l’effondrement des ponts MIZAO et SEREWA. Une situation de frayeur qui est un handicap supplémentaire dans une région en proie à une crise sécuritaire.

Pour le reste, la question de l’éducation demeure la même et exige refondation. Loin d’une formation de conformistes et d’attentistes, nous pensons une éducation devant permettre à chaque camerounais d’être maître de lui-même, capable de se remettre en question et surtout de savoir entreprendre dans un environnement dans lequel le fonctionnariat deviendra l’exception et l’entrepreneuriat la règle. Tel est notre vœu de voir tous les jeunes camerounais porter un projet et le réaliser avec fierté. Ainsi  illustrerons-nous sur le toit du monde.

Cette atmosphère, ce biotope entrepreneurial, c’est à nous de les créer via une éducation compétitive dans un environnement dans lequel tout n’est que compétition et intérêt.

Bonne rentrée scolaire aux élèves, aux enseignants et aux parents.

Partagez sur les réseaux sociaux.