CATASTROPHE D’ESEKA, DOULOUREUX ANNIVERSAIRE

Le 21 Octobre 2016, de nombreux Camerounais ont perdu leur vie dans un accident ferroviaire dramatique. Sept mois plus tard, les résultats de l’enquête y relative établissait les responsabilités. La surcharge, la vitesse et de « graves défaillances » du train ont été indexées, avec demande de sanctions à l’encontre des responsables.

De nos jours, le châtiment judicaire reste attendu, du fait de l’homicide involontaire constaté. Mais les hommes de loi aux côtés desquels nous sommes, soulignent que la liste des prévenus reste insuffisante. Les hauts responsables impliqués dans cette tragédie la suivent avec distance.

Pour le moment, les indemnisations ont débuté, mais elles restent à tête chercheuse, sans méthode claire. On donne l’impression de se débarrasser des victimes et de leurs ayants droit.

Le Peuple Uni pour la Rénovation Sociale dénonce cette méthode cavalière dans la gestion humaine d’une catastrophe, et interpelle toutes les parties dans leurs obligations.

Le PURS espère que le droit sera dit dans cette affaire et qu’on saura consoler les victimes à la juste mesure de leurs peines.

Partagez sur les réseaux sociaux.