La politique au féminin déterminera à n’en point douter l’avenir du Cameroun.

C’est ce qui ressort de la table ronde organisée par le PURS le 10 Mars dernier à son siège national à Bonaberi, avec l’appui de la présidente Habiba Issa.

Durant deux heures d’horloge, les échanges ont porté sur l’engagement politique des femmes, le rôle et l’impact des femmes en politique et sur la position du Peuple Uni pour la Rénovation Sociale sur les questions de parité.

Il en ressort que la femme est une politicienne née. Elle la pratique quotidiennement au sein de son foyer et dans le cocon familial. Les femmes s’affirment de plus en plus dans les organisations de la société civile et au sein des organisations politiques. Les femmes ont un rôle important à jouer dans la résolution des conflits et l’amélioration des conditions sociales. La femme n’est plus considérée comme le sexe faible, les camerounaises devraient le savoir et s’affranchir des seconds rôles. Elles doivent viser les statuts décisionnels. 

C’est la raison pour laquelle le PURS refuse le sectionnement du parti comme il est de coutume dans les autres partis politiques. Pas de section d’hommes, de femmes, ou de jeunes, tous les militants du parti bénéficient de la même considération et peuvent donner leur avis au même titre.

Car pour le PURS, le simple fait de diviser le parti en sections est un début de marginalisation.

Il est donc question pour les femmes, les hommes, les jeunes de contribuer à la construction du Cameroun au même titre.

Partagez sur les réseaux sociaux.