LA RÉPUBLIQUE QUE NOUS VOULONS SE FERA AVEC CHACUN DE NOUS DANS LE RESPECT DE L’AUTRE ET DE LA DIGNITÉ HUMAINE.

Les manifestations de ce jour à Douala , par le peuple Sawa , réuni ce matin à Bonasama pour protester contre ce qu’il estime comme étant un manque de considération et de reconnaissance de leur prééminence sur les terres de Douala par l’autorité administrative nécessite un débat de fond.
Ce débat de notre avis ne doit pas s’encombrer de condamnations précoces ou d’attributs d’ethnicistes voire de tribalistes qui seraient inscrits dans l’ADN de certains peuples.
Il faut voir dans ce cri, un appel, une interpellation à une meilleure prise en compte des problématiques qui relèvent à la fois de l’ordre sociologique, anthropologique, identitaire, historique et culturelle des choses.
C’est donc une question de compréhension sans à priori car, malgré le fait que nous soyons dans un jeune État en construction, nous ne devons pas perdre de vue que nous venons tous de quelque part.
L’ensemble CAMEROUN qui se fond dans la RÉPUBLIQUE mérite par conséquent qu’autrui soit davantage vu comme une partie différente de moi,mais qui est de moi. C’est cette reconnaissance de diversité dans l’unité qui va in fine , élaguer toute posture suspicieuse voire tribalisante de l’autre afin de ne laisser émerger que la grande idée que nous avons tous,et je n’en doute point ,de la RÉPUBLIQUE DU CAMEROUN.
Serge Espoir MATOMBA
Partagez sur les réseaux sociaux.