LE PURS EXIGE LA DEMISSION DE PAUL BIYA

C’est la position principale du Peuple Uni pour la Rénovation Sociale (PURS), afin de résoudre la crise qui entraine progressivement le pays vers le chaos.

La crise anglophone, a pris des proportions inquiétantes ces derniers jours. Les actes de radicalisation se sont multipliés, le drapeau du Cameroun a été profané et des manifestations ont été organisées. Celle du vendredi 22 septembre 2017 a secoué l’ensemble des régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest, avec à la tête des femmes appelées « Takenbeng », qui ne sortent que lors des situations graves.

Marche des takenbengs le 22 septembre 2017

Le Peuple Uni pour la Rénovation Sociale (PURS), au regard de l’ampleur de la situation, a donné une conférence de presse le dimanche 24 septembre 2017, à son siège national à Douala. Le parti a demandé au président de quitter le pouvoir, parce qu’il est le premier responsable de l’enlisement de la situation à travers la mal gouvernance.

Monsieur Biya, n’a plus rien à donner au camerounais parce qu’il est à bout de souffle. Combien de vie allons-nous encore perdre dans ces tribulations ? Monsieur Biya, il faut savoir quitter les choses avant qu’elles ne vous quittent, il est encore temps de partir. Démissionnez

Serge Espoir Matomba, premier secrétaire du PURS et candidat déclaré à l’élection présidentielle 2018.

Serge Espoir MATOMBA face aux journalistes

En plus, le parti recommande la vigilance aux populations du Nord-ouest et du Sud-ouest, et condamne les attentats, les manifestations, l’attaque des édifices publics, l’outrage aux symboles de la république. sont des situations sur lesquelles l’Etat peut s’appuyer pour déclarer l’état d’exception.

Laisser perdurer le chaos signifie que Paul Biya prévoit à moyen ou court terme, déclarer un Etat d’exception pour ne pas organiser les élections. Nous dénonçons cette manœuvre de pérennisation au pouvoir et appelons à la vigilance du peuple. Laisser perdurer cette situation est la preuve que le pays se fragmente sans aucune voie de recours. Nous ne voulons pas voir le Cameroun se diviser car, notre force réside dans notre grande diversité.

Serge Espoir Matomba, premier secrétaire du PURS et candidat déclaré à l’élection présidentielle 2018.

Comme autres propositions, le parti demande un retour sur la table des négociations avec des acteurs crédibles, sans y introduire les membres du gouvernement qui ont favorisé le pourrissement de la situation ; dresser un calendrier clair d’une organisation des élections avec la garantie de l’absence de la candidature de Paul Biya.

De la gauche vers la droite : François Kelle King, Serge Espoir Matomba, Hervé Eboulé

Partagez sur les réseaux sociaux.