NON A LA MEDIATION DE L’ONU, OUI A LA LIBERATON DES PRISONNIERS, OUI AU DIALOGUE INCLUSIF

La médiation sincère avec des acteurs crédibles dans le cadre de la crise anglophone est désormais une urgence. Plusieurs missions conduites par le premier ministre ont fait preuve d’échec dans la gestion des manifestations enregistrées dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest. Le fiasco de la mission actuelle est la preuve du refus de la population d’échanger avec des interlocuteurs inconnus.

Cependant, le Peuple Uni pour la Rénovation Sociale est contre l’idée d’un arbitrage sous la conduite des Nations-Unies et contre l’idée d’une intermédiation pouvant entrainer la déstabilisation du Cameroun. La présence de la communauté internationale n’est pas une garantie de sortie de crise lorsqu’on prend en exemple la Côte d’Ivoire ou la RDC. L’accompagnement des Nations Unies dans ces pays a eu pour conséquence la consolidation des dissensions.

Le PURS pense que le Cameroun n’a pas encore épuisé toutes les pistes de solutions face à une situation qui perdure du fait de la mauvaise foi des dirigeants. Nous réitérons le besoin de la mise en œuvre d’une force tampon constituée d’acteurs de la société civile et d’hommes politiques dont la neutralité est avérée.

Cette force tampon locale aura pour mission d’écouter objectivement toutes les parties, fera preuve de neutralité, afin d’équilibrer les prises de position. Elle servira de médiatrice pour éviter que le Cameroun ne soit contraint d’agir sous des pressions extérieures.

A titre de rappel, au mois de Novembre 2016, le Peuple Uni pour le Rénovation Sociale a proposé comme issue principale de sortie de la crise anglophone, la libération pure et simple des personnes incarcérées corrélativement aux revendications du  Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Cet appel n’ayant pas été entendu, nous avons continué à le marteler jusqu’à l’annonce de la clémence de Mr. Biya le 30 Août 2017.  Seulement, l’arrêt discriminatoire des poursuites a davantage envenimé la situation avec pour conséquence, la radicalisation des personnes jusqu’ici modérées.

Le PURS est contristé par cette écoute tardive des propositions qu’il émet, avec le défaut d’une mise en œuvre partielle par le pouvoir central.

Aujourd’hui encore, nous dénonçons les arrestations arbitraires signalées dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest après les manifestations du 22 Septembre et du 1er Octobre 2017. Nous réclamons une fois encore la libération des personnes incarcérées, au risque de demeurer dans un débat dissonant. Nous restons convaincus que la solution à la crise se trouve au Cameroun au cours d’un dialogue inclusif national.

LE DIALOGUE INCLUSIF

Le Peuple Uni pour la Rénovation Sociale propose deux axes principaux du dialogue inclusif national :

– Le type d’acteurs inclus dans le dialogue ; notamment les chefs traditionnels, les leaders religieux, la société civile, les acteurs politiques.

– L’objet du dialogue : partant du fait que la crise anglophone nait de la mal gouvernance, le PURS invite les différents acteurs devant prendre part au dialogue à faire le diagnostic de la mauvaise gouvernance avec des propositions de solutions.

Par ailleurs, nous réitérons l’importance d’un calendrier clair d’organisation des élections avec garantie de l’absence de candidature de Mr. Biya.

Partagez sur les réseaux sociaux.