PURS / LE CAMEROUN, ENJEUX ET DÉVELOPPEMENT

Le Cameroun est l’un des pays Africains les plus endettés et toujours en phase de recherche de moyens pour aborder un probable développement au cours des années à venir. Ce pays qui a connu différents fléaux durant ces dernières années se retrouve à la date d’aujourd’hui sous  une emprise partielle du mal orchestré par le mouvement islamique BOKO HARAM. La grande pauvreté qui se traduit par le niveau de vie extrêmement bas, le chômage sans cesse grandissant venant  ainsi soutenir les afflux continuels de diplômés non qualifiés  qui sortent des quelques universités implantées depuis des lustres… En somme, tout est à reconstruire au Cameroun. Nous avons connu des années infructueuses de règne, coulant encore plus le Cameroun dans cette moule d’endettement. Ces situations ont fini par faire de ce pays riche en or, diamant, fer, bauxite, pétrole, un potentiel minier impressionnant et  des millions d’hectares de forêts une belle source d’exploitation pour les pays étrangers sans pour autant donner au peuple camerounais une petite lueur d’espoir pour un éventuel développement. Nous n’oserions  aborder le cas d’une agriculture totalement dégradée, un système totalement rétrogradé et presque inexistant d’élevage, le gros manque d’infrastructures adéquates, un secteur privé gangréné et un privé corrompu.

Pourtant ce pays a tout pour atteindre tout comme l’Afrique du Sud et le Rwanda, deux petites puissances en Afrique aujourd’hui, son seuil de développement grâce à une meilleure répartition des richesses et une grande prise de responsabilité tant au niveau de la cabine dirigeante que du peuple. Responsabilité qui part d’une étude approfondie des causes de ce retard de croissance économique, cette limitation ou imperméabilité  au développement.

Pour aborder un problème faut-il déjà en connaître la cause D’où proviennent toutes ces dettes si nous avons des richesses à l’infini ? Pourquoi le niveau intellectuel général du Cameroun semble si bas malgré les systèmes éducationnels imposés ? Comment expliquer ce marché déficitaire que nous avons malgré nos incessants flux d’entrées et de sorties de produits commercialisés, nos matières premières exportés… Comment comprendre que depuis plus de 50 ans, nous soyons toujours en train de parler de sous-développement malgré les différentes gouvernances et alternances à la tête du pouvoir ?

Parler de chiffres aurait été propice pour une meilleure compréhension de la situation sauf que quantifier un développement à cette heure sans qualifier les ressources disponibles serait presque criminel. Tout le travail est à reprendre de zéro. Et parce que nous avons pris conscience de l’enjeu et que sauver tout un peuple qui a pris le temps de par son passé de traverser des années de périples est une œuvre louable et une œuvre pour tous, comment réadapter un système en perte en un système réussi, en ne se basant que sur nos propres ressources, nos propres richesses, nos propres biens, notre propre main d’œuvre, notre propre force et détermination ? Comment adapter nos petits revenus en source de financement pour un réel développement ? Une nouvelle relance de notre économie ? Concentrer nos énergies à cette marche que j’appellerai la marche verte, la marche de l’espoir ? Pour cela il faille créer le Cameroun nouveau, le Cameroun des Camerounais conscients, déterminés, motivés, et disposant de toutes ressources pour une marche décisive vers l’émergence.

Tout Camerounais est capable de s’associer au développement de son pays. Nous avons vu des sacrifices plus accrus encore et ce dernier ne pourrait être que le plus décisif pour notre pays.

Nous remercions tous les Camerounais d’ici et d’ailleurs qui porteront haut leur drapeau, symbole de liberté et d’accomplissement.

 

Cameroon is one of the most indebted African countries and still in the research phase of mean to approach a probable development in the coming years.

This country that has been experienced different scams during the last few years is found today under a partial influence of the evil orchestrated by the Islamic movement BOKO HARAM. The extreme poverty hat results in the extremely low level of life, the rising unemployment, thus sustaining the steady influx of unskilled graduates emerging from few universities established for ages…

In short, everything has to be rebuilt in Cameroon. We have experienced unsuccessful years of reign sinking even more Cameroon into this mold of debt. The situation have eventually made this country rich in gold, diamond, iron, bauxite, an impressive mining potential and millions hectares of forests; a good source of exploitation for foreign countries without giving to the Cameroonian a slimmer hope of a possible development.

We would no longer discuss the case of totally degraded agriculture and almost nonexistent system of lifting, the large lack of adequate infrastructures, private sector gangrene and a corrupted private.

Yet, this country has everything to achieve just like South Africa and Rwanda, two small powers in Africa today, its threshold of development thanks to a better distribution of wealth and a big takeover of responsibility both at the level of the cabin leader than the people. Responsibility of a thorough study of the causes of this delayed economic growth, the limitation or impermeability to development.

To deal with a problem, must we already know the cause of it? Where do we all these debts come from if we have infinite riches? Why does the general intellectual level of Cameroon seem so low despite the educational systems imposed here and there? How to explain this deficit market that we have in spite of our incessant flows of entry and exit of marketed products, our raw materials? How to understand that for more than 50 years we are still talking about under development despite the different governments and alternations at the head of power?

Talking about numbers would have been conducive to a better understanding of the situation except that quantifying a development at this time without qualifying the available resources would be almost criminal. All work is to be resumed from scratch. And because we have become aware of the issue and that saving a whole people who has taken the time from its past to go through years of journeys is a commendable work and a work for all.

How to rehabilitate a lost system in a successful system? Based on our own workforce, our own strength and determination? How can we adapt our small incomes as a source of financing for real development? A new recovery in our economy? Reconcentrate our energies to this march which I will call the Green March, the march of hope?

To do this, we must create a new Cameroon, Cameroon of conscious Cameroonians, determined, motivated, and having all resources for decisive march toward emergence.

All Cameroonians are able to associate themselves with the development of their country. I have seen even greater sacrifices, and the latter could only be good. I thank all Cameroonians from here and elsewhere who will carry their flag high, symbol of Freedom and accomplishment.

Partagez sur les réseaux sociaux.