SERGE ESPOIR MATOMBA AU CONTACT DES JEUNES DE DOUALA IV

Conseiller municipal de Douala IV et candidat à l’élection présidentielle de 2018, Serge Espoir Matomba a pris part à un conseil de quartier organisé par l’ONG «Un Monde Avenir» dans le cadre du Programme d’Encadrement des Jeunes à la Démocratie (PEJED).

 Serge Espoir Matomba entretient les jeunes

Pour Serge Espoir Matomba, la jeunesse ne constitue pas un frein pour l’avenir du Cameroun. Au contraire c’est la période pendant laquelle chaque individu peut mettre son énergie à contribution pour le bien de la nation.

Lorsque le PURS lançait ses activités en 2010, les membres du parti étaient tous des jeunes. Les populations témoin de cette aventure se sont demandé ce que faisaient des jeunes dans le champ politique. Or nous avons œuvré de telle sorte que tout le monde comprenne que la jeunesse a voix au chapitre, les jeunes ont leur part de responsabilité dans la vie politique.

Pour le conseiller municipal de Douala IV, le devoir citoyen de chaque individu sera tributaire du changement. C’est également une opinion que partage Philippe Nanga le coordonnateur de l’ONG Un Monde Avenir. Après l’observation du désintérêt de la couche juvénile vis-à-vis de la politique, il a lancé le programme d’encadrement des jeunes à la démocratie.

Le programme vise à réveiller les jeunes et leur dire attention vous dormez. Le pays dans lequel vous êtes majoritairement présents s’enfonce dans la misère. C’est à votre tour de changer les choses, Um Nyobe avait 30 ans lorsqu’il a décidé de changer la situation du Cameroun.

  De la gauche vers la droite: Thierry Mbepgue, Serge Espoir Matomba, Philippe Nanga 

Ainsi, les jeunes représentent 75% de la population Camerounaise, mais ne s’implique pas dans la vie de leur commune, il s’agit donc d’impliquer les jeunes dans la vie politique au plus bas niveau.

J’ai 57 ans et je suis le plus jeune chef de bloc. Cela veut dire qu’il est temps pour les jeunes de s’impliquer.

François Lombo Chef du bloc 8 Bonaberi

Prenant la parole, les jeunes de Bonaberi ont énuméré les problèmes qui sont ceux de leur arrondissement, notamment les bouchons interminables sur le pont sur le Wouri, le besoin de bibliothèque municipale, l’insalubrité et la consommation des stupéfiants qui met en danger la paix et la sécurité.

  Les jeunes pendant le conseil de quartier

Pour répondre à ces préoccupations, Serge Espoir Matomba a invité les jeunes à investir les conseils municipaux et l’assemblée nationale afin d’inverser la vapeur. A 23 ans, on peut être élu maire ou député, a-t-il souligné.

Partagez sur les réseaux sociaux.