SERGE ESPOIR MATOMBA

CANDIDAT A LA PRESIDENCE DU CAMEROUN 2018

Bio_2

De nombreux internautes camerounais ont demandé qui je suis, d’où je viens.

Pour ceux qui ont suivi l’actualité du PURS depuis 2010, la réponse est évidente. Pour les autres, cela parait plus difficile.

En fait, je suis un homme du terrain. J’ai parcouru l’étendue du territoire national pour rencontrer les jeunes. J’ai échangé avec eux, j’ai touché du doigt les difficultés quotidiennes qui sont les leurs. En 2011, J’ai vu comment le cholera faisait des ravages dans la partie septentrionale du Cameroun et dans d’autres régions. La même année, mon parti et moi faisions des propositions à Elecam pour l’amélioration du scrutin électoral au Cameroun, nous avons toujours encouragé les jeunes à voter.

Un peu plus tard en 2014, Suite à l’augmentation du prix des hydrocarbures par le gouvernement Camerounais, et l’adoption du projet de loi portant sur la ratification des Accords de partenariat Économique, j’ai engagé une grève de la faim qui a abouti à l’arrestation de mes camarades et moi, puis la rédaction d’un mémorandum contenant nos revendication avec garantie de prise en compte effective des doléances par le chef de l’Etat.
Voilà brièvement brossé certaines des activités que j’ai menées jusqu’ici au sein du PURS.

Ma vie familiale est un plus ensoleillée.

J’ai vu le jour, le 30 Septembre 1979 à Douala, d’un père agent de police et d’une mère au foyer. Mes parents ne voulaient rien entendre de la politique. NAOMIE MONDJ ma maman, préfère me parler de la culture Banen dont je suis héritier et Emmanuel Didier BABOULEK mon père, présente les prouesses des aïeux du département du NKAM arrondissement de YINGUI d’où il est originaire.
Elevé dans des conditions très modestes, j’ai bénéficié d’une éducation stricte, chrétienne, rigoureuse associée aux valeurs humaines telles l’amour du prochain, l’entraide, le sens du partage et de la responsabilité.

LE SELF MADE MAN.

Très tôt, je me lance dans la vie active. Ma toute première expérience professionnelle je l’ai vécue en créant mon cabinet d’étude et de viabilisation de projets en 1996, j’avais alors 17 ans. A la suite de cette petite réussite, j’ai enchainé avec d’autres nouvelles sociétés au Portugal et dans plusieurs autres pays.

MON ENGAGEMENT POLITIQUE.

Autour de moi, j’étais frappé par la grande précarité dans laquelle vivent une grande partie de la population camerounaise. Je me suis demandé comment apporter ma contribution au mieux vivre des jeunes. J’ai aidé plusieurs de mes frères à lancer des entreprises, mais elles sont mortes quelques mois après leur naissance. J’ai compris que l’environnement socio-économique ne favorise pas l’émergence des jeunes.
J’ai très vite découvert que le problème social n’est rien d’autre que la conséquence d’une mauvaise gouvernance. Ce qui m’a amené à réfléchir à l’éventualité d’imposer une nouvelle Œuvre politique à mon pays et faire entendre ma voix en tant que Premier Secrétaire du parti de la jeunesse : le Peuple Uni pour la Rénovation Sociale.

Le 30 Septembre 2013 j’ai été élu par le peuple Camerounais Conseiller Municipal de Douala IV. Un acte qui m’engage à travailler et lutter aux côtés de mes frères camerounais pour le développement de notre pays.
J’exhorte ici tous mes frères et sœurs camerounais à se joindre à moi pour œuvrer au développement, assurer un avenir à notre jeunesse et à notre progéniture, assurer une retraite agréable aux ainés. J’invite chacun à croire en cette nouvelle Œuvre que je m’engage à mener corps et âme pour que les droits du peuple soient respectés, que l’économie du Cameroun reprenne son élan.

Travaillons ensemble pour que vive le CAMEROUN ET SES FILS.